GW150914, la première onde gravitationnelle détectée

Les observations d'ondes gravitationnelles sont en train de propulser l'astronomie dans une ère nouvelle.

Quelques mois seulement après sa toute première observation, les scientifiques viennent d'annoncer que l'instrument Ligo a déjà observé un deuxième phénomène de fusion de deux trous noirs. Et il se murmure dans le milieu que d'autres seraient déjà en attente de confirmation. La fusion de deux trous noirs, chose totalement impossible à observer il y a quelques années, serait donc quelque chose d'assez banal à l'échelle de l'univers.

Cette nouvelle branche de l'astronomie devraient nous permettre d'observer de nombreux autres phénomènes qui nous étaient jusqu'à présent inaccessibles. Les scientifiques s'attendent notamment à pouvoir observer prochainement des couples de naines blanches ou d'étoiles à neutron ainsi que des couples de trous noirs supermassifs formés au moment de la fusion de deux galaxies.

 De plus, comme les ondes gravitationnelles traversent sans aucun problème les nuages de gaz et même les étoiles, il serait ainsi possible d'observer ce qui s'est produit dans les premiers instants de l'univers, à une époque où il était encore opaque à la lumière.

Les observatoires qui permettent ces observations sont des machines d'une incroyable précision. Au passage d'une onde gravitationnelle, elles détectent, entre des miroirs situés à 4 km l'un de l'autre, des variations de distances mille fois plus petites que le diamètre d'un proton.

La naissance de l'astronomie gravitationnelle constitue ainsi une véritable révolution scientifique et un témoin de plus de l'accélération phénoménale des sciences et des techniques à l'approche de la Singularité.

Pour aller plus loin: