Jusqu'ici la modification génétique n'avait pas encore touché les embryons humains, c'est aujourd'hui chose faite!

Le 18 avril, des chercheurs chinois ont publié dans la revue Protein and Cell le résultat de leurs travaux réalisés sur un gène responsable de la bêta-thalassemie.

Ils ont utilisé des embryons non viables et la technique n'est pas encore au point. Sur les 86 embryons qui ont reçu la version corrigée du gène défectueux, 71 ont survécu au bout de 48 heures parmi lesquels seuls 4 contenaient toujours le nouveau gène. Si cette modification génétique vise à lutter contre les maladies héréditaires, elle pose la question de ce que l'on peut faire ou non avec le patrimoine génétique de l'humanité. Car une modification opérée sur l'embryon sera transmise à la descendance.

Source : CRISPR/Cas9-mediated gene editing in human tripronuclear zygotes.  Junjiu Huang et coll. Protein & Cell, 18 avril 2015. doi:10.1007/s13238-015-0153-5

Oriane Dioux